Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Kervoyal... terre de légendes

 

 « Les figures et les événements historiques qu’enveloppe le voile de l’incertitude demanderont toujours à être interprétés et poétisés de multiples fois »   Stephan Zweig

 

 

Le pont Saint-Sauveur


Il y a fort longtemps, probablement vers le 5ième siècle, Saint-Sauveur, moine irlandais est arrivé dans un bateau de pierre ponce pour tenter d’évangéliser les renégats Kervoyalais. Débarquant à la pointe, il se heurta à une vive résistance et dût affronter les paysans qui le repoussèrent avec des fourches et des bâtons. Il se cacha dans les rochers de la pointe et à l’aide de son bâton tapa sur les rochers, et soudain le pont se forma, le sauvant in extremis. Il s’enfuit ensuite en disant « Redon grandira, Kervoyal périra ! » car il avait l’intention de remonter la Vilaine.

 

La dame blanche :
Une fois par an et pas n’importe quel jour, puisque c’est le soir de Noël, une certaine dame blanche apparaît à la pointe de Kervoyal. Elle sermonne les enfants qui ne sont pas sages et ceux qui refusent d’aller à la messe de minuit disparaissent avec elle.

Sources :
Il y aurait une ou plusieurs source (s) d’eau douce dans les rochers de la pointe de Kervoyal. Notamment le « trou aux yeux » et le « trou aux pieds ». Deux Kervoyalais bien connus en auraient ressenti les bienfaits, à notre connaissance. Citons les :
- Gaby Froment allait régulièrement puiser de l’eau dans le « trou aux yeux » pour se soigner ,
- Hervé Froment connaissant la réputation du « trou aux pieds » y emmena un jours son fils qui s’était fait une entorse la veille d’un match de football ; le lendemain ce dernier se distingua lors du match.

Nota : Il existe une rue Saint-Sauveur à Redon et des archives à la mairie de la Roche Bernard.

 

 

    Martine Chaumeron

Le moulin

1795, Hoche est à Quiberon ; il accule les royalistes débarqués d'Angleterre par l'Ouest de la presqu’île. Georges Cadoudal, alors à Beltz, près de Lorient, décide de débloquer les émigrés en prenant à revers l'armée de Hoche.
Pour ce faire, à la tête de l'armée "rouge" il descend par la mer jusqu'à l'embouchure de la Vilaine ; là il navigue à vue du moulin de Kervoyal, déjà amer maritime...

Le noble général débarque entre Kervoyal et Damgan et va passer la nuit ... dans un endroit rallié à la cause chouanne ... un moulin. Peut‑être aussi à cause de sa situation stratégique face à la Vilaine, c'est le moulin de Kervoyal qui héberge le héros des paysans et de la noblesse ...

 

Mais l'heure est fatale aux partisans de l'ancien régime. Il est trop tard... Cadoudal doit renoncer à son audacieux projet. Ce qui était encore possible en la nuit du moulin ne l'est plus. Brève illusion. Long tintement des armes à feu. Bref instant où la vie s'en va. Eternité aux héros.

 

Maintenant, ici, au moulin, chaque nuit apporte dans l'ombre mystérieuse le souvenir du chevalier. Il est endormi. Il parcourt la mer et la lande de Bretagne, en quête d'un royaume disparu. Ici, maintenant, au moulin, une légende vit encore ...

 

 

(d'après les propos de Madame Simone de Cadoudal à Monsieur le Vicomte de GouveIlo)

 

    Marie-Roberte PERRON