La majorité des herbicides est à base de glycosate. Or, leur toxicité est hautement débattue, non en raison du glyphosate lui-même, mais des composants associés.
En effet, dans ces herbicides, à côté du glyphosate, ce sont divers métaux lourds - arsenic, chrome, cobalt, plomb, nickel…ainsi que des traces de pétrole, qui ont été identifiés par une équipe de chercheurs de l’Université de Caen Normandie.

Et ce cocktail de formulants toxiques présents dans les herbicides à base de glyphosate serait plus dangereux que le glyphosate lui-même.


Extrait de l'étude de l’Université de Caen Normandie
publiée le 08 01 18, dans la revue Toxicology Reports


"Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif de toxicité sont scientifiquement fausses, et l’évaluation de toxicité est aussi erronée : le glyphosate est testé sans ses formulants composés de , à long terme et au niveau réglementaire...  Les résidus acceptables de glyphosate dans la nourriture et les boissons devraient être divisés immédiatement au moins par 1.000 à cause de ces poisons cachés, et les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits, entre autres ", estiment les chercheurs.

Les chercheurs soulignent aussi que la parution des résultats de leur étude (le 8 janvier 2018 au lieu du 31 mai 2017) a volontairement été retardée du fait du lobbying, afin de simplifier le débat sur le glyphosate, dont l'utilisation a été prolongée pour 5 ans, en décembre dernier, par l'Union européenne.