Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Nous touchons aux limites

Chaque mètre carré bétonné nous rapproche du pic de la croissance.

C'est vers l'est de la commune, vers Kervoyal, que sont prévues en priorité les ouvertures à l'urbanisation dans le PLU en projet (enquête publique prévue cet été, du 24 juillet au 25 août théoriquement). Ouvertures qui sacrifieront entre autres près de 6 ha de terrains agricoles, actuellement cultivés.

Et cela nous a fait songer à cet excellent ouvrage d'une équipe de chercheurs du Massachusetts, le "Rapport Meadows", publié en 1972, remis à jour en 2012, qui a  établi pour la première fois les conséquences dramatiques sur le plan écologique d’une croissance infinie dans un monde fini.
Des scientifiques se sont lancés le défi de modéliser le moment où le pic de cette croissance pourrait être atteint. Synthèse: si rien ne change, effondrement planétaire prévu soit pour la décennie 2020, soit au plus tard 2040.

 
En pratique, la croissance "globale" est le résultat d'une multitude de projets "sur le terrain", le plus souvent de petite ampleur, qui s'additionnent (leur somme constituant la croissance); Ainsi, nous rapproche des limites, du pic de la croissance.

Dans ces conditions, le projet de PLU de Damgan peut-il être qualifié de "durable" ?
Développement durable ou toujours augmentation de la croissance?

Et puis, à force de construire et d'user le territoire, il perdra de son attrait.

Débat lors de l'assemblée générale de l'association, lundi 7 août prochain, 20H30, salle des Corsaires.

Damgan sur l'Estran

Sortie Samedi 24 juin à 10 Heures


Cet espace de biodiversité fragile est fréquenté par de nombreux pêcheurs à pied de loisir à chaque marée basse. Comment pratiquer cette activité de manière durable ? Leslie Veron, chargée de mission au Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan, présentera l’écologie du site et expliquera quels enseignements a apporté l’étude menée pendant 4 ans, sur la pratique de la pêche à pied récréative. 

Cette animation est proposée sur réservation auprès du CPIE Loire Océane au 02 40 45 35 96 ou par mail : contact@cpie-loireoceane.com

A Savoir

L'UFC Que choisir met en garde contre 1000 produits cosmétiques, dont 23"hors la loi"

Lire ici :www.quechoisir.org/actualite-ingredients-indesirables-dans-les-cosmetiques-trois-familles-a-bannir-des-rayons-n43728/

Et: www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/07/l-ufc-que-choisir-met-en-garde-contre-1-000-produits-cosmetiques-dont-23-hors-la-loi_5140102_3244.html

Rejoignez l'aventure de l'Appel du Sol



Plus que 3 jours pour recueillir massivement des signatures pour protéger les sols. France Nature Environnement a lancé l'Appel du Sol depuis huit mois, qui vise à obtenir une protection juridique pour les sols. Aujourd'hui, plus de 20 000 citoyens se sont engagés en signant l'Appel du Sol. L'objectif national fixé par l'Initiative Citoyenne Européenne (outil démocratique) est de 55 500 signatures.
amisdekervoyal.viabloga.com/news/l-appel-du-sol
----------------------------------------
Lire aussi:t
amisdekervoyal.viabloga.com/news/27-metres-carres-par-seconde-betonnes-en-france
Et
amisdekervoyal.viabloga.com/texts/le-beton

En ce joli mois de mai....

En arrivant sur le blog des Amis de Kervoyal, c'est Galleria mellonella qui fait l'accueil. Et c'est vrai, même si elle est très utile, elle n'est pas très "appétissante" à regarder. Alors, pour s'associer à ce joli mois de mai (selon les météorologistes, le pont de l'Ascension 2017 serait le plus chaud depuis 1900), je propose une ou deux photos (cliquer pour les agrandir) des renoncules d'eau qui fleurissent la mare route du moulin, à Kervoyal. (Elles viendront compléter une longue série: Cf. amisdekervoyal.viabloga.com/news/floraison-d-eau ).
       
      
                                             Vues de plus près, ce sont bien elles:
                                                                              

Et les fleurs de carotte sauvage, en premier plan, n'ont pas à rougir:    

     
Cliquer pour agrandir

Galleria mellonella

Un asticot à regarder autrement!

En photo ci-dessus, le nouvel espoir pour aider à débarrasser les , où 35 000 tonnes finissent, tous les jours (selon Ifremer).

Son nom: Galleria mellonella, appelée vulgairement fausse teigne de la cire ou des ruches.

Si le papillon, très commun, qui vole de mai à octobre ne retient guère l'attention, en revanche, il n'en est pas de même pour sa larve. Tantôt elle représente un problème - pour les apiculteurs dont elle dévore la cire des ruches- tantôt elle se révèle une aide - pour les pêcheurs qui l'accrochent comme appât au bout de leur ligne.
                                               
Cependant, , vient de lui être découvert un talent exceptionnel, celui de dévorer un des plastiques les plus utilisés et des plus persistants dans l'environnement, le polyéthylène. Mais cette brave larve ne fait pas que manger le polyéthylène; Non, en plus, elle le biodégrade, c'est à dire, elle le transforme en brisant chimiquement ses particules.

Aussi, désormais les scientifiques cherchent-ils à mettre au point la substance sécrétée par Galleria mellonella pour qu'elle puisse être fabriquée industriellement. A suivre... Mais que cela n'empêche pas la suppression de l'utilisation des sacs plastiques, et en attendant, le ramassage de leur débris sur les plages et dans les rochers, par tout un chacun allant se promener en alliant l'utile à l'agréable .


Et si la solution d'un gigantesque désastre venait d'un tout petit asticot??

Damgan- Zone Artisanale de La Lande

En arrivant sur Damgan... (suite)

Nous disions donc hier que Les Amis de Kervoyal avaient restauré le moulin de Kervoyal pour lui rendre son pouvoir évocateur au milieu du bocage.

Nous disions avant-hier que 27m² sont bétonnés par seconde en France et que, selon l'Autorité environnementale, la consommation d'espace naturel et agricole reste trop forte.

Cependant, on entend parler d'une extension de la zone artisanale (ZA) de La Lande sur Damgan, en direction nord-est, c'est à dire vers le moulin.

Peut-on avant, prendre le temps de réfléchir à des solutions alternatives?

Deux constats:

) Damgan fait partie de la communauté de communes Arc-Sud-Bretagne. Le but étant, pour faire des économies, de mutualiser les services. Par exemple la station d'épuration est commune à Damgan et Ambon. De même, la ZA "Espace littoral" peut accueilir des artisans de Damgan. Ce n'est pas loin et beaucoup de personnes font leurs courses sur la ZA, où de ce fait, les artisans ont une meilleure visibilité.

) Une zone artisanale regroupe par définition des artisans.

Or, la zone artisanale de la Lande à Damgan a été détournée par les municipalités précédentes de sa fonction.

En témoignent ces constructions dont la destination est différente de celles de bâtiments destinés à des activités artisanales.

Ainsi de nombreux hangars abritant des box à louer y sont installés.

En voici trois parmi d'autres:

 
   Cliquer sur les images


            

Il y a aussi quelques maisons d'habitation,
comme celle-ci:                                                    

  ou celle-là:
 


Une activité de camping s'y pratique aussi, avec installation d'un mobile-home :
               

Bref, ces constructions et installations, qui n'ont rien à voir avec de l'artisanat, occupent une partie considérable de la zone artisanale, et conduisent aujourd'hui à envisager une extension de cette dernière.

Cependant, les erreurs du passé risquent hélas de conduire la commune vers une impasse, puisque la loi littoral s'oppose à une telle extension (idem pour une extension de l'urbanisation , qui serait illégale elle aussi).

Nous sommes situés dans une commune littorale, et donc soumis à la loi littoral; On en prend les avantages... mais on est contraint d'en accepter les inconvénients... si l'on reconnaît l'Etat de droit.

En arrivant sur Damgan...

Cliquer sur les images

         
Le moulin de Kervoyal déploie ses ailes en signe d'accueil. Le paysage est beau à cet endroit, en arrivant sur la commune.
Mais, sans la haie d'arbres de haut jet un peu plus loin sur la droite? Ce ne serait pas le même paysage...

Car, voilà ce qu'on peut voir, derrière cette haie de hauts arbres:


L'impact visuel de la zone artisanale n'est d'ailleurs pas négligeable à partir de la route du moulin, en sortant de Kervoyal:


Croisons les doigts pour que l'urbanisation ne s'étende sur l'espace naturel en direction du moulin. Pour que le bocage soit protégé ou réhabilité. Et ainsi le moulin gardera son pouvoir évocateur... pour lequel il a été restauré.
 

Plus d'articles :