Les peuples autochtones  (moins de 6% de la population mondiale) coexistent de façon harmonieuse avec la nature depuis des siècles et protègent plus de 80% de la biodiversité de la planète aujourd’hui, avait mis en exergue, en avril 2019, Maria Fernanda Espinosa, présidente de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Ils protègent notre planète, mais... nous... nous ne les protégeons pas:

« Depuis le début, nous dénonçons l’avancée du coronavirus vers les terres autochtones et les risques de contamination de nos territoires. La Covid-19 est maintenant entrée et se répand rapidement. Nous sommes au bord du désastre. Nous menons une bataille quotidienne pour survivre, non seulement au Covid-19, mais aussi au démantèlement des lois, à l’arrêt de la démarcation et de la protection de nos territoires, au ciblage de nos terres et de nos vies, aux assassinats de nos leaders et aux mesures législatives anti-autochtones du gouvernement fédéral. » - Organisme de coordination des organisations autochnones de l'amazonie brésilienne.

Au Brésil, les territoires indigènes représentent à peu près 15% de la superficie du pays.

 


 

Biodiversité en Amazonie:
- 2,5 millions d'espèces d'insectes
- 40 000 espèces de plantes
- 3000 espèces de poissons
- 1254 espèces d'oiseaux
- 427 espèces d'amphibiens
- 378 espèces de reptiles
- 311 espèces de mammifères


A cause de l'action humaine, autour d'un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction sur les huit millions que comptent la terre;75 % de l'environnement terrestre et 40 % de l'environnement marin présentent des "signes importants de dégradation".   - Rapport IPBES 06/05/2019