Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Lettre anonyme

Le niveau du débat à Damgan est tombé bien bas, si je considère la lettre anonyme reçue il y a quelques jours.

Après lettres recommandées avec avis de réception, pétition, articles de presse, voilà maintenant une lettre anonyme. Tout cela a singulièrement des relents de harcèlement moral.

Lettre anonyme donc; A travers un tissu d’injures où tout est mélangé, on m’accuse d’avoir fait payer aux damganais les recours contentieux engagés et gagnés par l’association.  Ce courageux anonyme ne voit même pas que la responsabilité de ces recours incombe à la précédente municipalité qui signait des permis de construire illégaux… avec des conséquences négatives sur l’environnement. J’aime à rappeler par exemple, que sans Les Amis de Kervoyal, il n’y aurait plus de petite plage à Kervoyal, puisque le projet de port de plaisance de 1991 entraînait la disparition du sable de la plage ; Chronique d’une mort annoncée. Mais qui s’en souvient ? Qui s’en est seulement rendu compte ?

Il faut bien comprendre que l’association n’est pas au service d’intérêts particuliers. C’est l’intérêt général qui nous a toujours guidés.

Mais, quand une association sérieuse est méprisée, quand on n’a rien à faire de ses remarques, quand on la laisse parler en se disant que de toutes façons on fera ce que l’on veut parce qu’on est élu et qu’on décide de tout, alors les problèmes arrivent. Les problèmes arrivent, parce qu’en dernier recours, il y a le tribunal. Là au moins, l’association sait qu’elle pourra se faire entendre, avec objectivité et avec honnêteté, c’est à dire sans que des intérêts privés viennent tout fausser. C’est tout. C’est juste pour cette raison que nous avons été conduits bien souvent à nous saisir du droit.

Bref, le recours contentieux contre le , engagé en septembre dernier pour la préservation du paysage en front de mer, qui certes contrariait, comme d’habitude, des intérêts privés, nous est encore reproché. Il nous est reproché la liberté de faire notre boulot. Avec force injures, diffamations, calomnies. La classe !

Guillaume Apollinaire, qui a donné son nom à la promenade, doit se retourner dans sa tombe, quand un permis de construire portant son nom inspire une telle prose, un déchaînement de violence verbale et de vulgarité. Quel abîme entre le poète et un auteur, lâche et stupide, de lettre anonyme !

Une main courante a été enregistrée à la gendarmerie de Muzillac.

Ah, j’allais oublier ; On a aussi fracturé notre boîte aux lettres à Kervoyal. Côté positif ici, je recevrai moins de lettres anonymes.

Assemblée générale du 12 août 2016- Rapport moral et d'activité

Salle des corsaires- Damgan- 20H30

Cette année, nous fêtions notre 30ème Assemblée générale! Que d’aventures partagées, de chemin parcouru, de résultats obtenus. 

Mais la plupart du temps, ces résultats sont restés invisibles, parce que souvent l’association agit en amont des projets.

Je ne citerai que deux exemples « phares »:

1- La sauvegarde des dunes de Landrezac (entre Kervoyal et Damgan).

En 1987, elles devaient être remplacées par un mur. En 1995, 2000m² (en face du Loch) devaient être bétonnés pour un poste de surveillance.

2- La sauvegarde de la petite plage de Kervoyal.

En 1991, un port de plaisance prévoyait de bétonner la pointe rocheuse de Kervoyal et de construire une digue se rabattant en travers de la petite baie, laquelle aurait perturbé les courants et entraîné la disparition du sable de la plage; disparition inévitable selon l’administration.

Mais, qui a seulement perçu les menaces de ces projets ?

Par contre, nul ne peut ignorer l’action de l’association qui a restauré le moulin de Kervoyal. Et chacun peut constater dans la chapelle de Kervoyal,  la restauration des statues classées de St Thuirin et St Léger…  lancée par l’association, laquelle restauration a sauvé ces deux statues.

Sommaire du Rapport Moral :

I)     Recours gracieux contre un permis de construire au 9, promenade Guillaume Apollinaire
II)    Projet de bouchots au plateau des Mâts
III)   Extension de la zone d’activité « Espace Littoral » sur Ambon;
IV)  Participation des Amis de Kervoyal à   la révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) d’Ambon  
V)   Révision du PLU de Damgan
VI)    Sous les arbres de Damgan
VII)   Aménagement de l’aire d’accueil des camping-cars et du parking voitures, Boulevard de l’Atalante
VIII)  Consultation des ADK sur un projet de stabulation à Damgan
IX) A propos des cabines de bain de la petite plage
X)   Blog des ADK
XI)    Relations avec les autres associations
XII)     Divers
→ plus

Lire la suite...

Pesticides: Nouveau Danger

Appel de France Nature Environnement

Un nouvel arrêté encadrant la mise sur le marché et l'utilisation des pesticides est en cours de préparation par le gouvernement. Selon les documents reçus par France Nature Environnement (mobilisation des lobbys agricoles), ce nouvel arrêté risque d'être un important recul pour les conditions d'épandage des pesticides, en modifiant les distances de sécurité entre les épandages et les points d’eau, les forêts mais aussi les habitations.

Si la nocivité environnementale des pesticides est aujourd'hui avérée (92% des cours d’eau sont pollués), l'expertise collective de l’Inserm, publiée en 2013, met en évidence une association entre les expositions aux pesticides et certaines pathologies chroniques, notamment certains cancers, certaines maladies neurologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles cognitifs...) et certains troubles de la reproduction et du développement.

Cette révision se fait en concertation avec les syndicats agricoles mais laisse de côté les ONGs. Il est donc nécessaire de faire entendre la voix des citoyens pour éviter toute régression.

Aussi, vous pouvez écrire directement aux 3 Ministres concernés (agriculture, écologie et santé) en utilisant le formulaire en ligne: www.fne.asso.fr/actualites/demandez-aux-ministres-de-tenir-les-pesticides-loin-des-riverains

Le procédé est très simple : il vous suffit de lire le mail-type, d'entrer votre nom et votre adresse électronique et de cliquer sur envoyer. Le mail sera adressé simultanément aux 3 Ministères. N'hésitez pas à relayer largement cette initiative autour de vous, nous devons maintenir la pression pour que la santé et l'environnement soient protégés !

Campagne d'arrachage du Baccharis sur Damgan

Dimanche 30 octobre à 14 h

"Un appel aux bénévoles est lancé par la commission extra-municipale Développement durable. En effet, une campagne d'arrachage de baccharis est organisée le dimanche 30 octobre, en collaboration avec le Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan. Le baccharis est une plante envahissante qui prolifère sur notre commune. Elle est responsable de l'appauvrissement de la biodiversité et de la banalisation de nos paysages de marais maritimes. Nous pouvons nous engager pour l'éradiquer." Véronique Kedzierski, adjointe à l'urbanisme et au développement durable
    
        
Cliquer sur les affiches pour les agrandir
                                            

Avis de recherche

Mais où sont passées les grenouilles?

L'été 2016 a été particulièrement beau et chaud, avec une pluviométrie quasiment nulle, entraînant de curieux phénomènes.
Ainsi, on avait rarement vu la "mare aux grenouilles", sur la route du moulin à Kervoyal, complètement à sec:


Cliquer sur les photos pour les agrandir
    Ça,c'était avant...  


 


... quand sous les renoncules d'eau,
  se cachaient les grenouilles.
      
                                         

Un projet pour enjoliver le front de mer de la petite plage de Kervoyal



Cliquer pour agrandir
 
Ce projet de construction vise à mettre en valeur, par contraste, les maisons environnantes appartenant au patrimoine bâti de la commune de Damgan.
De plus, il comble un espace vert (les arbres derrière et à côté sont condamnés), qui, comme tout espace vert, requiert un minimum d'entretien. Avec le béton, l'artificialisation du sol, une couche de bitume rajoutée sur la promenade, c'est propre, net, aseptisé, et finis les soucis.
A la limite, on pourrait concevoir des arbres en plastique et une pelouse synthétique. Mais, quand même, ça ferait trop nature, ou imitation nature. Donc du béton encore du béton; c'est mieux, plus simple, plus économique. En plus, ça tient face aux tempêtes.
Parce qu'on est sur le front de mer; celui de la petite plage de Kervoyal. Donc autre avantage: en remontant de la plage c'est un front de mer moderne, contemporain, qui rassurera les promeneurs, bien loin des "dents creuses" et des sortilèges de Dame Nature... qui pourrait, qui sait... donner de mauvaises idées à d'éventuels défenseurs du paysage.
On est en zone urbanisée, oui ou non?! On n'est pas à la campagne. Faut pas tout mélanger. Certains, mal intentionnés, diront que "verrue", "dents creuses" et "sortilèges", c'est le même champ sémantique... Comment? Une verrue? Qui oserait dire que ce projet est moche?
Touristiquement parlant, ce qui est déconcertant n'est pas dénué d'attractivité. Et situé en espace sensible -front de mer- c'est incontournable. D'ailleurs, le Parc naturel régional du Golfe du Morbihan ne pourra que s'enorgueillir d'un tel projet inattendu, insolite. L'art n'est-il pas, aussi, une espèce de provocation? Ou bien doit-on parler d'art de la provocation?

Breiz Dentelle

Ce week-end à Pénerf

Info:
Dans le cadre des Journées du Patrimoine, Breiz Dentelle organise une exposition-démonstration à la maison de l'huître à Pénerf.
 

Quelques réflexions sur la nature en ville, glanées dans le journal Libération

Pour faire entrer la nature en ville, il faudrait cesser de l'étouffer.

"Avons-nous conscience que nos comportements d’ordres professionnels ou privés sont construits sur des préjugés séculairement ancrés et souvent faux pour la plupart ? La nature en ville n’échappe pas à la règle. Ne dit-on pas que le lierre «étouffe» les arbres, que la fourmi est l’ennemi des cerisiers en élevant des pucerons sur les pousses de l’année, que l’insecte est soit un auxiliaire soit un ravageur, que les mauvaises herbes envahissent nos trottoirs et nos jardins. Rien n’est moins vrai...

Il nous faut devenir adulte, éviter le prêt à penser et changer radicalement de mentalité en arrêtant de détruire la nature et les terres agricoles au nom du développement économique et de la prétendue modernité, menaçant de ce fait notre indépendance alimentaire (selon les sources, 160 à 210 hectares disparaissent chaque jour en France)... Il est nécessaire que la nature rentre dans la ville. Par exemple, les plantations de cette dernière décennie effectuées à grand renfort de graminées et de plantes vivaces d’origine horticoles, n’apportent pas la nourriture nécessaire à nos insectes et encore moins à nos oiseaux. Le chardonneret élégant, la linotte mélodieuse ou le serin cini sont les premiers touchés par ce «no man’s land» végétal. Il est nécessaire de repenser nos alignements d’arbres plantés d’une seule variété dans les fosses, sans comprendre la communication des arbres entre eux. Il est nécessaire d’abandonner le terme «déchets verts» au profit de «matière première»

Arrêtons de couper, d’arracher, de contraindre ce que la nature nous offre de plus beau : la vie. Dans les années à venir, l’humanité devra relever l’un des défis des plus important de son histoire : changer sa vision de la nature en ville mais aussi en milieu rural. C’est elle qui nous fait vivre. Économique, écologique, et social, la nature est nécessaire pour construire un avenir durable pour nos enfants."

«La nature n’aime pas la plaisanterie, elle est toujours vraie, toujours sérieuse, toujours sévère et elle a toujours raison. Les fautes et les erreurs viennent toujours de l’homme» – Goethe-

Plus d'articles :