Page principale - S'identifier - S'inscrire - Contact

Baccharis Halimifolia interdit à la vente sur le territoire français

Lu sur le site de la FAPEGM, fédération d'associations de défense de l'environnement à laquelle appartiennent les Amis de Kervoyal:

"Enfin, le Baccharis est interdit à la vente en France par un arrêté du 14 février 2018 relatif à la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces végétales exotiques envahissantes sur le territoire métropolitain du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire.


Cette décision était très attendue depuis plusieurs mois. Promis par Madame Royal, cette disposition a été "oubliée" alors que de très nombreux arrêtés ont été pris en fin de mandat.
Bien que tardive, cette interdiction est une bonne nouvelle pour tous ceux qui se sont engagés dans la lutte contre la prolifération de cette plante invasive des zones humides de Bretagne."

Baccharis: une méthode efficace pour éliminer définitivement la plante

Le Collectif anti-baccharis de Bretagne Vivante vient de faire une demande à la Commission européenne pour l’utilisation du sel dans le traitement du baccharis.
En parallèle, le CBNB (Conservatoire botanique de Brest) va être contacté.

C'est en effet depuis longtemps que les paludiers  connaissent et utilisent cet efficace moyen de lutte : Un petit tas de sel déposé sur une souche coupée à ras du sol et la plante est simplement et proprement éliminée.

Plus économe est la méthode consistant à pratiquer dans la souche, des trous de 20 mm de diamètre et 5-6 cm profondeur, avant de les remplir de gros sel.

Cf.collectif-anti-baccharis.org/test-de-la-methode-de-traitement-de-traitement-des-souches-au-gros-sel-marin/

Lire aussi ce précédent article des ADK: amisdekervoyal.viabloga.com/news/damgan-baccharis-arrachage-samedi-25-mars-a-14h30-rendez-vous-parking-du-bil

 
 
Pour les agrandir, cliquez sur les photos (extraites du site collectif-anti-baccharis.org/le-baccharis/services/)

Glyphosate

Conclusion des chercheurs de l'université de Caen

La majorité des herbicides est à base de glycosate. Or, leur toxicité est hautement débattue, non en raison du glyphosate lui-même, mais des composants associés.
En effet, dans ces herbicides, à côté du glyphosate, ce sont divers métaux lourds - arsenic, chrome, cobalt, plomb, nickel…ainsi que des traces de pétrole, qui ont été identifiés par une équipe de chercheurs de l’Université de Caen Normandie.

Et ce cocktail de formulants toxiques présents dans les herbicides à base de glyphosate serait plus dangereux que le glyphosate lui-même.


Extrait de l'étude de l’Université de Caen Normandie
publiée le 08 01 18, dans la revue Toxicology Reports


"Ces résultats montrent que les déclarations du glyphosate comme principe actif de toxicité sont scientifiquement fausses, et l’évaluation de toxicité est aussi erronée : le glyphosate est testé sans ses formulants composés de , à long terme et au niveau réglementaire...  Les résidus acceptables de glyphosate dans la nourriture et les boissons devraient être divisés immédiatement au moins par 1.000 à cause de ces poisons cachés, et les herbicides à base de glyphosate devraient être interdits, entre autres ", estiment les chercheurs.

Les chercheurs soulignent aussi que la parution des résultats de leur étude (le 8 janvier 2018 au lieu du 31 mai 2017) a volontairement été retardée du fait du lobbying, afin de simplifier le débat sur le glyphosate, dont l'utilisation a été prolongée pour 5 ans, en décembre dernier, par l'Union européenne.

Abandon de Notre Dame des Landes

Décision dont se félicite l'association, car,
Petit rappel
: Projet destructeur de zone humide (zone humide d'importance nationale), inventaire biodiversité baclé et biaisé, mesures compensatoires insuffisantes, actuel aéroport loin d'être saturé, porte-à-faux par rapport à l'après COP21 (/réchauffement climatique), etc.
Cf. www.fne.asso.fr/actualites/8-choses-%c3%a0-savoir-sur-la%c3%a9roport-de-notre-dame-des-landes

Et sur le référendum: Quelle légitimité pouvait-on accorder à une consultation qui a oublié de nombreux citoyens concernés et qui a posé une question imprécise.
Cf. civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view

Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé. Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.

Ce serait une aberration

Communiqué de France Nature Environnement:

"Le 17 janvier prochain, les eurodéputés voteront le projet de révision de la directive énergies renouvelables. Le texte actuel présente de vrais risques pour la biodiversité et le climat : ses effets seraient pires que les bonnes intentions affichées. Ainsi raser des forêts primaires ou encore des tourbières pour faire rouler nos voitures se révèle par exemple être une aberration que les eurodéputés pourraient encourager. 



Les craintes de France Nature Environnement se focalisent sur deux points :
  • Le maintien des agrocarburants dits « de première génération », issus de cultures qui prennent la place de parcelles auparavant dédiées à l’alimentation,
  • Le développement incontrôlé du bois énergie, qui pourrait conduire à couper des arbres entiers en forêt dans le seul but de les brûler pour produire de l'énergie. Pourtant, la forêt abrite les deux tiers de la biodiversité terrestre et ralentit le dérèglement climatique en stockant du carbone. « A énergie finale identique, les cheminées d'une centrale qui brûle des copeaux de bois émettent généralement une fois et demie le CO2 d'une centrale brûlant du charbon et au moins trois fois plus de dioxyde de carbone qu’une centrale électrique brûlant du gaz naturel » rappellent dans une tribune 15 scientifiques de renom.

En résumé: Les bioénergies gérées de façon intelligente sont essentielles mais il convient d’encadrer leur utilisation et d'alléger la pression sur les ressources naturelles. Il est essentiel également de faire des économies d’énergies et de ne pas chercher à remplacer totalement notre consommation actuelle d’énergie par les énergies renouvelables. C'est à ces conditions que les bioénergies peuvent devenir réellement renouvelables et bénéfiques pour la nature et l'environnement.


Et pour faire entendre les recommandations de France Nature Environnement, signez le mail à envoyer aux 74 eurodéputés français, que vous retrouvez au bas de la page du lien suivant:

www.fne.asso.fr/actualites/eurod%C3%A9put%C3%A9s-ne-rasons-pas-for%C3%AAts-et-espaces-naturels-pour-produire-de-l%C3%A9nergie

BONNE ANNEE 2018!

Changeons les couleurs du temps, comme chantait Guy Béart, et commençons avec un peu de soleil....

               

                Cliquez sur les images pour les agrandir
        


 
  Rêvons à des jours légers comme oiseaux, oiseaux d'écume...
                           

Les oiseaux de Bretagne

se posent tous les mois...

... sur ce très beau site de Bretagne vivante: www.bretagne-vivante.org/Nos-actions/Connaitre/Les-oiseaux/L-oiseau-du-mois          

   
     Sternes Pierregarin (photo Bretagne Vivante)

BD à lire sur un sujet mal connu

Les nanoparticules sont des substances infiniment petites qui ont des applications croissantes dans de nombreux domaines. Leur utilisation se propage rapidement dans les industries du monde entier sans que leur risques aient pu être bien évalués. On estime que d'ici 2020, 20% environ de tous les produits fabriqués pourraient en contenir. Utiles donc; Oui, mais...

...  pour en savois plus, lire la BD: veillenanos.fr/wakka.php

En voici déjà un avant goût avec cette séquence, sur la plage:

        


  Cliquer sur les images pour les agrandir
 
 

Plus d'articles :